Gestion de vos préférences sur les cookiesX
Certaines fonctionnalités de ce site (partage de contenus sur les réseaux sociaux, lecture directe de vidéos) s’appuient sur des services proposés par des sites tiers. Ces fonctionnalités déposent des cookies permettant notamment à ces sites de tracer votre navigation.
Ces cookies ne sont déposés que si vous donnez votre accord. Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l’ensemble du site et l’ensemble des services, soit service par service.
Préférences
pour tous les services
Statistiques
Les cookies statistiques sont émis aux fins de mesurer l’audience des différents contenus et rubriques de notre site, afin de les évaluer et de mieux les organiser. Typiquement les données collectées sont, par exemple : nombre de visiteurs, temps passé sur une page, type de page consultée par après.
Google Analytics
Voir le site officiel
Autres
Ces cookies sont émis aux fins de certaines fonctionnalités de notre site.
Google maps
Voir le site officiel
Google Traduction
Tripadvisor
Voir le site officiel

Secrets de patrimoine

Chapelle, moulin, villas particulières… Tout un petit patrimoine à découvrir au fil de nos ruelles.

Le moulin Saint-Michel

Construit en 1875, en lieu et place d’une chapelle et d’un premier moulin, ce moulin à vent était l’appoint du Moulin de Rolland (Plourhan) pour pallier à l’insuffisance du débit des rivières locales.

Propriété de la famille Le Gagne, il fonctionna jusqu’en 1900 et fut converti en résidence de villégiature par une famille parisienne. Abandonné à son triste sort, la ville le rachète en 1971. Au gré des aléas du climat, sa restauration prit fin en 2009.

Opérationnel, il attire tout au long de l’année les curieux et passionnés, les petits comme les plus grands.

Ouvert au public les jeudis en juillet et août
Fêtes des Moulins en juin et de la Saint-Michel en septembre

Précédent
Suivant

La chapelle Notre-Dame de la Garde

Patrimoine Saint-Quay-Portrieux

La chapelle Notre-Dame de la Garde

Construite en 1828 grâce à la générosité de quelques particuliers, sa forme de rotonde en fait l’originalité. Au retour de la grande pêche, les marins et leurs familles venaient s’y acquitter de leurs vœux.

Endommagée pendant la 1re Guerre Mondiale, ses premiers travaux de restauration furent bénis en 1924. Les murs et la décoration intérieure seront encore revus en 1980, ainsi que la bannière de procession en 2008.
Sa toiture ne compte pas moins de 14 000 ardoises !

A l’intérieur : 11 ex-voto en mémoire des marins disparus et une toile représentant « La Perle ». Ce navire armé pour la pêche à Terre Neuve fut sauvé du naufrage par la Vierge.

Ouvert au public les mardis et jeudis en juillet et août
Pardon célébré le 3ème dimanche de juillet

Le phare

L’ancêtre du phare actuel date de 1853. C’était un feu fixe rouge installé sur une potence en charpente. La marine locale réclame un feu de port avec une meilleure portée.

Léonce Raynaud, directeur du service des Phares et Balises imagine une tourelle réalisée de façon originale en tôle avec des boulons rivetés : le phare actuel, une tourelle octogonale en tôle de 10 mètres de hauteur, fut un des premiers à être installé en France en juin 1867, après avoir été présenté à l’Exposition universelle de Paris cette année-là. Il fut ensuite démonté pour être livré en colis au Portrieux en 1868.

Ce phare a été ensuite déplacé durant l’été 1879 vers son emplacement d’aujourd’hui, après que la jetée ait été prolongée de 198 mètres. Il fut de nouveau opérationnel en novembre 1879.

La couleur verte du feu apparut quant à elle en 1909. Il a été électrifié en 1948.

Précédent
Suivant

Le château de Calan

Précédent
Suivant

Le château de Calan

C’est sans doute la villa la plus atypique de Saint-Quay-Portrieux.

Le Comte de Calan, ancien diplomate en poste au Moyen-Orient lança sa construction en 1880, et exprima sans retenue son goût pour l’architecture orientale.

Le second propriétaire agrandi le bâtiment, en en gardant le style mauresque, il faut dire qu’il était à la mode après l’exposition universelle de 1900. Les sols furent refaits en béton armé sous la direction de l’ingénieur Harel de la Noé, bien connu dans le département pour avoir dirigé la construction des différents ouvrages d’art de la ligne de chemin de fer du département. La décoration intérieure fut entre autre confiée à Odorico, mosaïste florentin réputé à Rennes. Le bulbe vint coiffer l’édifice afin de lui donner toute sa splendeur reconnue encore aujourd’hui.
Les travaux prirent fin en 1904.

Aujourd’hui, il s’agit d’une propriété privée, jouxtée d’un hôtel.

La fontaine Saint-Quay

Un petit édifice en granit de forme pyramidale abrite la fontaine Saint-Quay.

Depuis toujours, l’eau de cette source est considérée comme miraculeuse et possédant une vertu spéciale pour la guérison des blessures.

Une 1re construction fut réalisée en 1580, pour 4 livres et 8 sous.
Tombant en ruines, elle est remplacée en 1862 par l’édifice actuel.
Il est financé grâce aux fonds récoltés lors d’une grande loterie organisée à l’initiative du recteur de Saint-Quay.

Une de ses faces relate l’histoire de sa construction.

Vue ancienne de la fontaine Saint-Quay
 Crédit : DR

La chapelle Sainte-Anne

Patrimoine Saint-Quay-Portrieux

La chapelle Sainte-Anne

Un financement élaboré à partir du système de « La part à Dieu » permit sa construction en 1770. Les recettes pour partie des ventes de la pêche, et la main d’œuvre et les matériaux gracieusement offerts par les habitants permirent d’ériger le bâtiment. Des dons d’éléments décoratifs divers provenant des marins et pêcheurs agrémentèrent l’intérieur de l’édifice.

Acquise en 1792 par un particulier, elle fut revendue à l’Union Paroissiale en 1836 puis cédée à la ville en charge de l’entretenir. Restaurée en 1929, elle abrite toujours une toile représentant le port en 1777, une statue de Saint Augustin, une autre de Saint Clément et un autel en marbre d’Italie.

Original : sa voûte en carène de bateau.

Ouvert au public lors de la visite guidée « Sur les traces des peintres au Portrieux »
Pardon célébré le 3ème dimanche de juillet

Le parc des druides

L’origine du parc, situé dans le quartier de Kertugal, est depuis longtemps source de débats.

Alors, Chaos ou dolmens ? Les appréciations divergent.

Entre découvertes préhistoriques (outils, tumulus…) et les légendes de rassemblements ancestraux, le site continue d’alimenter l’imaginaire.

Accès libre